Guérison par les larmes

Guérison par les larmes

Pourquoi pleurer est bon pour vous ?

On dit que les larmes ont le pouvoir de laver notre âme, de lui faire de l’espace, de la nettoyer des émotions trop longtemps retenues. Pleurer est une émotion rendue visible. Voir quelqu’un pleurer est un véritable honneur car vous admirez son intériorité.

Chaque fois que nos yeux se remplissent de larmes, cela signifie qu’un nœud intérieur s’est dénoué. C’est pourquoi il est bon de pleurer : parce que nous nous reconnectons avec la partie la plus profonde de nous-mêmes et lui permettons d’agir sans être perturbée, sans l’interférence de notre esprit.

Être capable de se connecter à nos émotions devient la force de chaque homme. En pleurant, il montre qu’il n’a pas peur de ses sentiments, qu’il les reconnaît et les laisse agir pour accomplir leur mission, qui n’est autre que de couler et de passer.

Pleurer, c’est bien. Disons-le aux enfants, à ceux qui vivent une difficulté, à ceux qui sont en deuil, à tous ceux qui veulent le faire pour mille raisons ou même sans raison. Les larmes ont le pouvoir thérapeutique de nous vider, de nous faire rester dans le néant, de balayer toute distraction. Et grâce à ce processus, nous sommes enfin capables de voir ce qui est bon pour nous, pas comme si c’était un objet perdu !

Les yeux qui pleurent le plus sont aussi ceux qui voient le mieux.
(Victor Hugo)

Profile experts

Nous ne sommes plus capables de pleurer

L’eau salée qui coule de nos yeux est une eau sacrée qui vient de notre cœur et se manifeste dans le monde. Chaque goutte de nos larmes est une histoire racontée qui ne peut être expliquée par des mots.

Et parce que nous luttons pour rester dans le vide, l’absence de mots et la douleur, nous luttons aussi pour pleurer. Beaucoup s’efforcent de le faire parce qu’ils comprennent le pouvoir libérateur des larmes, mais ils n’y arrivent pas. Ceci est principalement dû au fait que nous sommes une société bloquée émotionnellement et retenant depuis si longtemps notre intériorité que nous risquons de faire agir notre corps par la violence, les pulsions agressives, les mots qui font mal comme des lames de couteau.

Il nous est difficile de pleurer mais aussi de rire, et lorsque nous y parvenons, les pleurs et les rires semblent retenus, minimaux, posés. Nous avons peur de montrer notre intériorité, nous nous sentons faibles, nous avons honte à la fois de pleurer et de rire de manière incontrôlée. Mais c’est précisément dans la libération naturelle et sans retenue de nos émotions que nous sommes capables de ressentir une véritable libération intérieure.

Pleurer nous fait redevenir des enfants, nous catapulte dans le monde de la fragilité, nous fait expérimenter le pouvoir du lâcher prise. Pleurer est un rendez-vous important et enrichissant avec soi-même.

Nous ne nous laissons jamais aller à pleurer avec autant de désespoir que nous le voudrions. Peut-être avons-nous peur de nous noyer dans les larmes et qu’il n’y ait personne pour nous tirer en sécurité.
(Erica Jong)

Pleurer te fait du bien, mais que faire si tu pleures trop ?

Il y a ceux qui n’ont aucun mal à se défaire des pleurs et pensent qu’ils devraient plutôt se retenir davantage, pleurer moins, être moins sensibles.

Dans les moments de crise de notre vie, nous avons tendance à baisser nos défenses et à pleurer plus fréquemment. Cela signifie seulement que nous sommes en contact permanent avec notre moi intérieur. Il est important d’en prendre conscience afin de ne pas se sentir inadéquat. Il est bon de remercier les pleurs qui nous parviennent et de les laisser couler sans les entraver. Notre âme se nettoie, nos émotions circulent, notre corps devient le porte-parole de notre cœur.

Quand le chagrin ne trouve pas d’exutoire dans les larmes, d’autres organes pleurent.
(Henry Maudsley)

Notre caractère affecte également les pleurs. Il y a ceux qui ne pleurent jamais et ceux qui se laissent aller aux larmes dans de nombreuses situations. Aucune réponse n’est plus juste qu’une autre : nous sommes différents et chaque réponse à la vie est et doit être différente.
Pleurer ensemble est une fête des âmes

Pleurer seul est un exutoire qui nous aide à vider notre cœur, notre esprit et notre corps. Mais pleurer ensemble avec d’autres est une véritable fête des âmes. Nous nous parlons sans mots, nous sommes plus unis que jamais, nous communiquons par le regard, nos étreintes contiennent toutes les larmes que nous versons comme des coupes.

Lorsque nous pleurons ensemble, toutes les défenses tombent, nous sommes proches en esprit, nous nous comprenons. C’est une rencontre entre de vraies personnes, authentiques, sans masques et pleines d’émotions qui coulent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *